VIOLS ET VIOLENCES SEXUELLES : LE CALVAIRE DES VICTIMES

par Sandrine

Pour ceux qui ont l’habitude de suivre mes contenus, il m’est arrivé de traiter des sujets divers qu’ils soient chrétiens, politiques, sociaux, sociétaux ou culturels etc.

Aujourd’hui donc, le fait qui déclenche mon intervention est une actualité ivoirienne mais le sujet gravement sensible reste tout de même un problème à l’échelle mondiale.

Les violences, agressions sexuelles et notamment les viols.

En France, le nombre de viols constatés a augmenté passant à 24 800 en 2020. Soit plus de 67 viols chaque jour, ce qui représente presque trois viols toutes les heures constatés dans ce pays. Cela ne concernerait que les cas déclarés quand on sait l’omerta qui peut régner sur la question dans les communautés et que toutes les victimes ne portent pas plainte. On oublie aussi trop souvent que les hommes peuvent eux aussi subir des violences, c’est le cas de le redire.

Muriel Salmona, médecin psychiatre déclarait en 2018 sur France Culture que seulement 10% des victimes portait plaintes, et une proportion infime des plaintes aboutissaient à une condamnation.

Ce qui choque les consciences.

La toile est en ébullition en Côte d’Ivoire après qu’une émission de télévision ait invité un violeur dit repenti pour démontrer et maladroitement rire de ses agressions ; le tout saupoudré d’allusions nauséabondes et stupides à l’encontre de ses victimes.

L’animateur demande :  » Comment tu faisais ? »  » viens montre nous comment tu touchais ( faisant face à un mannequin ) tu l’attaques de devant ou de derrière , elle résiste ? »

Pour parler de la condition de la femme en général, une enquête inédite, publiée en juin 2021 par l’organisation non gouvernementale, Citoyennes pour la promotion et la défense des droits des enfants, femmes et minorités (CPDEFM) recensait 416 féminicides rien que dans la capitale Abidjanaise entre 2019 et 2020, en comparaison on était à 146 dans toute la France à la même période de confinement.

Ce qu’il faut savoir c’est qu’il n’y a pas de statistiques clairement établies sur les cas. Le pays compte plus de 28 millions d’habitants, c’est pour vous dire l’immensité de la situation.

La victime d’un viol est encore largement, dans la conscience populaire, tenue pour responsable de ce qui lui est arrivé. Malheureusement la femme est la principale cible.  La plupart des gens justifient les violences par des attitudes ou des vêtements qu’ils jugent provocants. Les victimes ne sont pas considérées et l’on méprise les conséquences inhérentes à ces agressions ( dépression, perte de confiance et en plus des multiples souffrances psychologiques, les maladies et grossesses …). Les victimes sont trop souvent culpabilisées, et prises en charge avec beaucoup de légèreté.

Mon avis sur la question: 

Il est impératif que l’émotion populaire fasse naitre de sérieuses mesures de protection en faveur des victimes et que les pouvoirs publics se penchent sérieusement sur la question.

D’ailleurs, il m’est parvenu qu’en terre d’éburnie, la police conditionne encore régulièrement l’enregistrement des plaintes à la délivrance d’un certificat médical, facturé 50 000 francs CFA (76 euros).

C’est aussi pour moi le lieu d’appeler les responsables religieux à la sensibilisation de l’opinion sur la question, de sorte qu’une prise de conscience profonde soit faite sur la condition humaine.

C’est l’occasion de demander la GRATUITÉ de ce certificat médical, afin de simplifier et faciliter les procédures aux plaignantes et plaignants.


SOURCES: 
le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure France
Lemonde Afrique
Liberation.fr
"la Télé d’Ici Vacances " sur NCI du 30 Aout 2021

Vous aimerez aussi

Laissez un commentaire