Financer l’œuvre de Dieu

par Sandrine

Vous vous imaginez le Seigneur assis avec une tirelire de mendiants, en vue de collecter la monnaie de vos courses pour les besoins de son œuvre ?

Ne sommes-nous donc pas capables de faire la différence entre participer à une quête de rue pour encourager l’artiste ambulant, et financer une cause à laquelle on adhère ?

Est-ce au hasard de la générosité de quelques citoyens, ou par le sens du devoir envers la patrie, qu’un effort de guerre se trouve vaillamment mobiliser pour approvisionner les armées ?

Avez-vous déjà appris qu’un combat a abouti seul? N’est-ce pas plutôt parcequ’il aura été diligemment soutenu par ceux qui en était convaincus ?

On entend dire :

-Si la vision est de Dieu il pourvoira !

Oui en effet, il pourvoira. Il pourvoira à partir de l’engagement des uns et des autres à y investir leurs ressources.

-Les hommes de Dieu sont des escrocs qui extorquent des fonds ! C’est à vous de voir si vous voulez jeter vos perles dans des trous à rats au nom d’une dite « œuvre de Dieu  » ou si vous voulez les employer pour supporter effectivement la grande commission. C’est vous qui voyez car on donne librement et en bonne conscience.

Financez l’œuvre de Dieu donc, non comme faisant un geste de bonne volonté quand vous sentez de le faire, non comme un geste de charité pour les nécessiteux mais comme investissant de façon visionnaire et objective au capital d’un vaste projet qui dépasse vos frontières.

Financer l’œuvre de Dieu parce que c’est important et avec la même assiduité et le sens du sacrifice que l’on retrouve chez celui qui sème une offrande à son créateur.

Rédigé par le pasteur Jean Serge

Vous aimerez aussi

Laissez un commentaire