Fâché contre Dieu ?

par Sandrine

Il est arrivé des fois où j’étais si fâché contre Dieu ( oui c’est exactement l’expression qui correspond ) que je ne voulais plus lui parler ni même entendre parler de ses promesses.

Je trouvais injuste de n’avoir pas reçu telles ou telles choses.
Je lui en voulais de subir des situations compliqués.
Je lui en voulais tellement d’un tas de truc que je justifiais ou qui se justifiait et dans mon cœur, je voulais poser des actes comme pour le punir de m’avoir laissé tombé.

Tout a commencé il y a environs 10 ans. J’étais bien malheureuse, je traversais une situation d’échec et je venais de perdre une personne chère à mon cœur dans des conditions déplorables; une femme si généreuse qui fut pour beaucoup dans mon enfance et ma découverte de la foi.

Je l’affectionnai énormément et je n’arrivais pas à accepter sa fin de vie malgré tout mon attachement à l’évangile. 
Je ne comprenais pas comment Dieu qui nous aimait nous laissait souffrir. Non, je ne comprenais pas.

Un jour j’ai entendu cette parole : “Dieu n’a jamais tort , il sait tout et il a toujours une raison à tout.”

Cette parole me secoua. Tous ces temps à nourrir ma tristesse intérieurement pensant que j’entretenais mon âme ainsi. Tous ces temps à ressasser ma déception cherchant à pointer les responsabilités de Dieu. Puis j’ai lu dans la bible ces mots:

Je te répondrai que sur ce point-là, tu as tort. Car Dieu est plus grand que l’homme. Veux-tu donc te disputer avec lui, parce qu’il ne rend aucun compte de ses actes? Dieu parle cependant, tantôt d’une manière, Tantôt d’une autre, et l’on n’y prend point garde… Job 33:13

Je me plongeai dans le témoignage de Job, sa douleur, sa détresse et ce qui me frappa fut sa conversation avec ses amis et Elihu.

Elihu reprit et dit :  Imagines-tu avoir raison, penses-tu te justifier devant Dieu, quand tu dis, que me sert-il, que me revient-il de ne pas pécher ? (…) Vois les nuées, comme elles sont au-dessus de toi! Si tu pèches, quel tort lui causes-tu? Et quand tes péchés se multiplient, que lui fais-tu? Si tu es juste, que lui donnes-tu? Que reçoit-il de ta main ? Job 35-1…

Ces jours-là, j’ai pleuré car ces paroles ont sonné mon abandon, ma dépendance à Dieu, il était souverain dans ma vie…


La tentation de condamner Dieu est l’expérience dans laquelle beaucoup d’entre nous peuvent se retrouver. Ils subissent le découragement, des combats ardus et se laissent entraînés à poser des actes en rébellion contre Dieu, trop fâché et déçu de lui. 

Ainsi sommes-nous parfois lorsque nous ne comprenons pas ce qui nous arrive, lorsqu’une épreuve sévère nous frappe ou lorsque nous jugeons Dieu injustement silencieux voire même incapable.

Était-ce de la faute de Dieu ? Avons nous tout compris de la situation ?

En effet, notre colère contre Dieu ne fera du mal qu’à nous-même ou aussi à notre entourage. Rien ne peut le punir. Nul ne peut contester avec lui. Vaut mieux revenir à ses pieds, même en rampant, que d’aller courir malheureux ailleurs.

«Le malheur atteint souvent le juste mais l’éternel l’en délivre toujours»  Psaume 34:20. 

Je veux finir par cette parole réconfortante pour toi. Son amour est toujours là et il délivre le juste.

Que ses projets s’accomplissent, amen !


Rédigé avec l’appui du Pasteur Guy Rémi 

Vous aimerez aussi

Laissez un commentaire